Chroniques, Divers Michel Lafon, Dystopie, Michel Lafon, Young Adult

Ma chronique – Player one d’Ernest Cline

ma présentation

Auteur : Ernest Cline

Editions : Michel Lafon

Pages : 404

Tome : 1

Prix : 17,95€

Date de sortie : 24 janvier 2013

Public : Y.A

player one

Résumé

 

 

«  Nous sommes en l’an 2044 et le monde est véritablement devenue un endroit peu fréquentable. Plus de pétrole. Le climat est entièrement déréglé. La famine, la pauvreté et la malade n’épargnent personne.

Comme la plupart du monde, Wade Watts s’échappe de cette réalité déprimante en passant des heures sur OASIS, une immense utopie virtuelle où chacun peut devenir qui il veut, vivre, jouer, aimer sur l’un de ses dix mille planètes. Et comme la plupart du monde, Wade est obsédé par le plus grand billet de loterie de tous les temps, caché dans cette réalité alternative: James Halliday, le fondeur d’OASIS mort sans héritier, a promis que le contrôle d’OASIS – et de sa fortune massive – irait à la personne qui pourrait résoudre toutes les énigmes cachées à l’intérieur de sa création.

Depuis des années, nombreux sont ceux qui ont vainement essayé d’obtenir ce prix, ayant pour seule information que les énigmes sont basées sur l’obsession d’Halliday à propos des années 80. Et puis Wade tombe sur la solution de la première énigme. Le voilà qui se retrouve alors soudainement propulsé dans une course désespérée contre des milliers de concurrents pour l’héritage ultime, une chasse qui prendra rapidement des dimensions réelles inquiétantes, et qui changera profondément Wade et son monde. »

ma chronique

Un livre sur l’univers Geek ! Voilà quelques temps que j’avais envie d’en lire un, étant moi-même plongée et attirée par ce monde; c’est pourquoi j’ai sauté sur l’occasion quand j’ai pu lire « Player One ». Je remercie les Éditions Michel Lafon pour m’avoir permis de découvrir l’univers d’Ernest Cline.

Wade à toujours vécu dans 2 mondes différents, celui bien concret que nous connaissons, et celui de l’OASIS qui s’est avéré être la seul solution pour échapper à sa vie misérable… Car en 2044, tout est devenu extrêmement difficile, et se connecter à l’OASIS devient un exécutoire; et un jour tout va changer, un mail du créateur de ce monde virtuel va donner un but à la vie de Wade !

L’univers développé dans ce livre est vraiment intéressant, j’ai aimé plonger dans la culture gamer. Car c’est vraiment mon ressenti je n’ai pas vraiment eu l’impression d’être dans un univers de geek ; ici le jeu d’arcade prend énormément de place, et devient même le point central de toute l’histoire.

J’ai eu du mal à rentrer dans le livre, il faut dire que nous devons dépasser les 130 pages pour que l’action arrive vraiment… Et 130 pages sur un grand format écrit petit ça peut paraître très long. Il faut dire surtout que le roman est bourré de références de jeux, films ou musiques des années 80, et je ne les connaissais pas toutes, loin de là.

Etant née en 89 je n’ai pas grandi entourée de ce monde d’arcade par exemple et j’ai eu l’impression d’être un peu exclue, car l’auteur connait très bien son sujet et il écrit son roman comme si nous devions en savoir tout autant, et plusieurs fois j’ai du regarder sur internet pour tenter de mieux comprendre ce qu’était tel ou tel jeu, et c’est frustrant !

Une fois la quête de la clé de cuivre bien avancée j’ai pu laisser de côté mes lacunes pour me concentrer sur Wade, Art3mis et Aech. J’ai vraiment pris plaisir à être juste spectatrice et à me laisser emporter dans l’OASIS et voir qui sera le premier à découvrir l’Oeuf du créateur de l’interface, James Halliday.

Le style de l’auteur est bien trop descriptif pour moi, je n’ai pas réussi à aimer ma lecture de A à Z, car mon manque de connaissance sur l’univers gamer m’aura vraiment pesé…

Pour les personnages je n’ai pas vraiment accroché avec Wade, mais j’avoue qu’Aech et Art3miss, m’ont vraiment plu avec leur humour très noir et le secret qui entoure leur vraie identité ! Jusqu’au bout ils m’auront surprise.

Pour finir, un roman  à l’univers passionnant mais dans lequel je n’ai pas su trouver ma place.

6/10

mutipetit2 copie copie

13/35

11 réflexions au sujet de “Ma chronique – Player one d’Ernest Cline”

  1. Même sans connaître toute la culture gaming/geek de l’époque, j’aimerais tellement lire ce livre ! Moi qui adore les jeux vidéos, je serais certainement conquise par cette petite brique ^^.

Laissez une trace de votre visite :D

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s