Chroniques, Collection R, Dystopie, Robert Laffont, Young Adult

Ma chronique – Le prince d’été d’Alaya Dawn Johnson

présentation copie

Auteur : Alaya Dawn Johnson

Editions : R

Pages : 431

Tome : 1

Prix : 17,90 €

Date de sortie : 28 mars 2013

Public : YA

 

Le prince d'été

 

Résumé

«  Il y a quatre cents ans, le monde tel que nous le connaissons a connu une fin tragique. Désormais, dans la légendaire ville-pyramide de Palmares Três, ce sont les femmes qui dirigent la société. La Reine ne cède le pouvoir à un homme qu’une fois tous les cinq ans, un Prince d’été dont l’histoire enfiévrera la cité le temps d’une année. Pour June Costa, la jeune héroïne de ce roman, la vie n’est qu’art. Ses oeuvres géniales impressionnent, voire irritent ses professeurs tout autant que ses camarades. Quand elle rencontre Enki, fraîchement élu Prince d’été, elle
reconnaît en lui un artiste total, comme elle. Ensemble, June et Enki décident de créer un chef-d’oeuvre qui restera gravé à jamais dans les annales de Palmares Três, attisant la flamme rebelle qui se lève contre les restrictions anti-technologie qu’impose le gouvernement matriarcal. Mais June va bientôt tomber profondément et tragiquement amoureuse d’Enki. Or, à l’instar de tous les Princes d’été qui l’ont précédé, Enki doit être sacrifié… »

 

chronique copie

Lorsque j’ai reçu ce livre à la maison j’ai voulu l’attaquer directement, mais j’avais d’autres lectures prévues avant. Et puis les premiers avis sont apparus sur la toile et tous n’étaient pas positifs… Je tenais à remercier la collection R pour la magnifique découverte qu’est ce livre !

 

June ne croit qu’en une seule chose : l’Art. Et dans le monde dans lequel elle vit, elle a besoin de cet exutoire, alors quand on lui propose de remporter un prix prestigieux, elle va tout faire pour le remporter… Et surtout s’associer avec quelqu’un qui l’a comprend.

 

Je suis frustrée d’écrire cette chronique car je sais que mes mots n’arriveront pas à retranscrire ce que ce livre m’a fait ressentir. J’ai été transportée dans ce nouveau Brésil avec June, Enki et Gil, et j’en suis ressortie totalement bouleversée ; pour tout vous dire j’ai fini ce livre il y a plusieurs jours et j’y pense encore…

 

Ce genre de dystopie est à double tranchant à mes yeux, soit on accroche dès les premières pages, à l’univers proposés aux thèmes qui sont abordés ; soit on n’adhère pas. Heureusement pour moi tout ce que m’a montré l’auteur m’a enjoué et il ne me tardait qu’une seule chose en savoir toujours plus !

 

J’ai ressenti beaucoup d’émotions diverses lors de ma lecture, et tout ce condensé a littéralement explosé lors des dernières pages… Ce livre est l’un des seuls où j’aimerai vraiment qu’il y ait une suite et pour une fois je sais que je ne l’aurai pas, malheureusement, puisqu’il s’agit d’un one shot.

 

Tous les thèmes abordés sont plus percutants les uns que les autres, la destruction de notre monde, l’homosexualité, la puissance des femmes, le sacrifice… Et ils sont tous très bien développés, on ressent dans les mots de l’auteur qu’elle sait où elle veut aller et elle nous y amène même si on freine autant que l’on peut.

 

Les personnages ont tous une particularité, June est une tête brulée qui ira jusqu’au bout pour son art et qu’enfin il soit reconnu. Gil est la petite bouffée d’air fraiche, et Enki est la dose de mystère qui nous permet de vraiment nous intéresser à l’histoire. Et pour moi il y a un quatrième personnage central qui est l’Art, il prend tellement de place et d’importance dans le roman qu’il a vraiment une présence indispensable.

 

Le style de l’auteur est merveilleux et pourtant ça n’était pas gagné, quand je me suis rendue compte qu’il n’y avait que 4 chapitres. Moi qui suis une miss j’aime-poser-mon-livre-toutes-les-5-minutes, cela ne m’a pas dérangé car une fois prise dans une saison je voulais absolument avoir la fin.

 

Pour finir, je ne sais pas si j’aurai réussi à vous faire comprendre pourquoi j’ai aimé ce livre mais pour moi c’est un réel coup de cœur.

 

coup de coeur

17 réflexions au sujet de “Ma chronique – Le prince d’été d’Alaya Dawn Johnson”

Répondre à Anonyme Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s